Urticaire chronique et vitamine D


Si vous avez recherché en ligne des moyens plus naturels de soulager les symptômes de l'urticaire chronique (UC), vous avez peut-être rencontré les témoignages personnels de personnes qui ont réduit ou éliminé leurs symptômes d'urticaire en utilisant une supplémentation en vitamine D. La vitamine D a été sur toutes les lèvres ces dernières années, promettant de guérir ou de prévenir à peu près tout, de la dépression au cancer (sans même épargner le COVID). Ceci est souvent accompagné de statistiques un peu boiteuses indiquant que presque tout le monde est déficient en vitamine D et que vous ne pouvez tout simplement pas obtenir suffisamment de vitamine D. L'idée qu'une vitamine est le remède magique pour toutes les maladies n'est pas nouvelle, et elle a toujours causé un certain scepticisme dans la communauté médicale, pour de bonnes raisons. Donc : y a-t-il des données qui appuient les affirmations des personnes qui gèrent avec succès leurs symptômes d'urticaire chronique avec une supplémentation en vitamine D ?


La théorie : comment la vitamine D pourrait-elle aider les patients atteints d'UC ?

En plus de son rôle important dans le maintien de la santé des os, la vitamine D agit également comme une hormone dans le corps. Elle a un rôle important à la fois sur la santé de la peau et sur la modulation du système immunitaire. Dans le système immunitaire en particulier, elle est connue pour augmenter la production de facteurs favorisant la tolérance aux antigènes inoffensifs (cytokines tolérogènes), diminuer la production de facteurs favorisant l'inflammation (cytokines pro-inflammatoires) et stabiliser les mastocytes, les cellules qui libèrent l'histamine chez les patients atteints de UC. Les cytokines tolérogènes et la stabilité des mastocytes sont essentielles pour comprendre les causes des maladies allergiques telles que l'UC, d'où l'intérêt pour la recherche sur la relation entre la vitamine D, son métabolisme et ces maladies.


Les indices : à partir de quelles observations pouvons-nous soupçonner que la vitamine D pourrait aider les patients atteints d'UC ?

Il a été observé que l'incidence des épisodes d'urticaire aiguë suit un schéma saisonnier, avec une incidence plus élevée de l'hiver au printemps. Étant donné que la principale source de vitamine D en l'absence de supplémentation provient souvent de l'exposition cutanée au soleil, les taux sanguins de vitamine D suivent également ce schéma dans la population et sont les plus bas à ce moment-là. Il existe également des variations génétiques connues dans le récepteur de la vitamine D, dont certaines semblent favoriser les maladies allergiques. On sait depuis un certain temps que l'UC est plus répandue chez les parents au premier degré d'un autre patient atteint d'UC que dans la population générale, ce qui laisserait croire à une cause ou un facteur de risque génétique.


Un autre indice important concerne la relation entre la carence en vitamine D et l'UC.

Des études ont montré que :

1) Les patients atteints d'UC sont plus susceptibles d'être déficients en vitamine D

2) Les personnes carencées en vitamine D sont plus susceptibles de développer un UC


Cela semble montrer que la carence en vitamine D est un facteur de risque d'UC, puisque la corrélation va dans les deux sens.


Les essais cliniques : la supplémentation en vitamine D aide-t-elle réellement les patients atteints d'UC ?

Il y a eu quelques essais cliniques visant à traiter les patients atteints d'UC avec de la vitamine D, y compris un essai contrôlé randomisé réalisé aux États-Unis sur 42 patients atteints d'UC en 2014. Tous les essais ont montré une amélioration significative des symptômes d'UC et aucun événement indésirable n'a été signalé. L'étude américaine a conclu qu'une dose élevée de vitamine D3 (4000 UI / jour) pourrait être un complément sûr et efficace au traitement de l'UC.


Le problème cependant est que toutes ces études impliquent un nombre relativement restreint de patients pour un maximum de 12 semaines. Ils ont également tous sélectionné des patients présentant une carence connue en vitamine D. Il n'y a donc aucune donnée indiquant si les patients atteints d'UC avec des niveaux normaux de vitamine D pourraient bénéficier d'une supplémentation - ce qui est toujours possible car la plage actuelle de vitamine D dans le sang est basée uniquement sur ce qui est nécessaire pour la santé osseuse, et que les variations génétiques des récepteurs de la vitamine D pourraient signifier qu'un patient atteint d'UC avec une mutation particulière a besoin d'un niveau de base plus élevé.


En bref, ces études sont encourageantes, mais elles ne fournissent pas encore suffisamment de données pour conclure que des doses élevées de vitamine D sont sûres et efficaces à long terme pour les patients atteints d'UC.


Les mises en garde : la supplémentation en vitamine D peut-elle vous nuire ?

La vitamine D est ce qu'on appelle liposoluble. Cela signifie que contrairement aux vitamines hydrosolubles comme la vitamine C, en cas de surdose, un surplus s'accumulera dans le corps. Ce surplus peut devenir toxique.


Il existe des études de cas dans la littérature sur des personnes qui se sont empoisonnées avec de la vitamine D. Dans des cas extrêmes, cela a provoqué un gonflement du cerveau potentiellement mortel. Dans les cas plus modérés, il a provoqué une hypercalcémie (taux élevé de calcium dans le sang) et des calculs rénaux.


Conclusion

La supplémentation en vitamine D à haute dose semble prometteuse comme traitement sûr de l'UC, mais des études à long terme plus probantes sont nécessaires. Si vous souffrez d'une carence en vitamine D et d'un UC, la correction de la carence pourrait améliorer les symptômes de l'UC. Et, comme pour tous les suppléments, la manière la plus sûre de procéder est de discuter avec votre médecin s'il est approprié à votre situation particulière, en particulier lorsqu'il s'agit de vitamines prises à des doses supérieures à celles généralement recommandées, surtout en association avec des médicaments.


Références

Meta-analysis : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8125545/pdf/ijerph-18-04911.pdf

Essai clinique aux États-Unis : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24507460/




59 vues0 commentaire