Faites vos propres recherches : Vraiment ?

Dernière mise à jour : 23 août


Dans le monde actuel de l'information accessible et des médias sociaux, on nous dit souvent ou nous voulons « faire nos propres recherches ». C'est devenu une sorte de blague - le cri de ralliement des théoriciens du complot coincés dans un profond terrier de désinformation créé par des trolls (ou des États hostiles).


En matière de santé, la désinformation abonde, tantôt de la part de personnes bien intentionnées, tantôt de personnes qui ont tout à gagner à la diffuser.

Le truc, c'est qu'il y a des informations précieuses à trouver parmi tout le bruit. Quelqu'un qui n'est pas un expert peut-il le trouver? Comment? Pour ce faire, vous devez être en mesure d'évaluer la qualité de l'information, et cela dépendra souvent de son format.


Le journalisme scientifique


La plupart des personnes sans formation scientifique trouveront des informations médicales sous la forme de journalisme scientifique. Dans les articles de journalisme scientifique, les sujets sont simplifiés (parfois trop simplifiés) pour un public profane. Un journaliste scientifique lira (en théorie) un article scientifique et interprétera les résultats dans son propre article.


En réalité, ce n'est pas toujours tout à fait ce qui se passe. Étant donné que des articles plus spectaculaires seront lus par un plus grand nombre de personnes, les journalistes interprètent souvent les conclusions réelles de l'article source avec beaucoup plus de confiance que ne le faisaient les auteurs originaux. Ceci est ensuite aggravé par la tendance des autres journalistes couvrant le même sujet à lire un autre article de journal plutôt que la source (souvent très technique). D'autres raccourcis consistent à lire uniquement le résumé et la conclusion et à ne jamais regarder les méthodes ou la discussion, ce qui signifie que le lecteur ne peut pas dire si la conclusion est réellement justifiée en fonction des résultats et de la conception de l'étude.


Il existe du journalisme scientifique de qualité, mais il faut tenir compte des mises en garde ci-dessus lorsque l'on utilise des articles de journaux comme sources d'information scientifique. Si l'article est ce qu'on appelle communément un "appât à clics" (avec des titres comme X choses que votre médecin ne vous dira pas / ne veut pas que vous sachiez à propos de Y), il y a de fortes chances que les informations qu'il contient soient très éloignées des informations de la source d'origine - dans certains cas, il peut même arriver à la conclusion complètement à l'opposé du matériel source ou… être simplement inventé. Une autre règle de base est que si quelque chose est trop beau pour être vrai (Perdez du poids avec notre régime de beignet au bacon sans exercice)… Ce n'est probablement pas vrai.


Les sites alimentés par les utilisateurs


Une autre source d'information courante est le contenu organisé/modéré par les utilisateurs. Wikipédia, par exemple, est un bon example.


Cela peut être surprenant mais, pour la plupart des sujets, les articles de Wikipédia sont relativement précis. Les rédacteurs et éditeurs de Wikipédia sont des bénévoles qui sont fiers de vérifier les sources du contenu et font normalement un bon travail pour maintenir les articles à jour et corrects. Certaines pages sont rédigées (et/ou vérifiées) par des spécialistes du domaine concerné. Cependant, certaines autres pages, en particulier sur des sujets controversés, sont vandalisées - souvent par un ou quelques individus persistants et déterminés qui utilisent plusieurs comptes pour échapper aux banissement (la page sur l'homéopathie, par exemple, a été pour un temps légendaire pour cela).


Les sources de contenu organisées sont généralement un bon point de départ pour rechercher des informations. De bons articles lieront des articles scientifiques comme références pour les informations qu'un lecteur peut ensuite aller lire par lui-même.


Aller à la source : les articles scientifiques


Les revues scientifiques sont souvent un peu sèches et techniques, mais elles sont la véritable source d'information, provenant des personnes qui ont réellement fait la recherche. Mais là aussi il faut être prudent. Toutes les recherches ne se valent pas - certains articles publiés sous l'apparence de recherches peuvent avoir des méthodes mal appropriées qui signifient que leur conclusion n'est pas aussi solide qu'il y paraît ou peuvent être carrément frauduleuse. Il existe également différentes qualités de revues de recherche. Tous les articles ne sont pas automatiquement bons simplement parce qu'ils ont été publiés sous le format d'une revue scientifique.


Généralement, une bonne revue de recherche ne publiera que des articles évalués par des pairs. Un examen par les pairs signifie que des personnes dans le même domaine que l'auteur ont lu l'article, l'ont commenté et l'ont accepté, ont demandé des modifications ou des clarifications, ou l'ont carrément rejeté. L'examen par les pairs, même s'il ne détecte pas toujours les mauvais articles, est essentiel car souvent les techniques d'un domaine donné sont si spécifiques que seule une personne qui a travaillé avec elles connaît leurs mises en garde et leurs faiblesses.


Exemple concret : quelqu'un a écrit un article dans lequel il utilisait une technique appelée spectrométrie de Raman pour détecter des changements physiques dans des échantillons de remèdes homéopathiques. Quiconque connaît cette technique connaît un détail très important : elle est très sensible aux contaminants. Ils remarquent également que l'auteur n'a pas réussi à purifier correctement ses réactifs et que les spectres illustrés dans l'article montrent un contaminant que l'on trouve couramment dans les solvants commerciaux. Cela rend automatiquement la conclusion de l'auteur sur son travail complètement invalide et l'article sans valeur. Normalement, l'article aurait dû être rejeté par un bon critique (mais dans ce cas particulier, il a échappé à ce processus et a quand même été publié).

Mais disons que vous avez trouvé votre article source et qu'il est publié dans une bonne revue qui pratique l'examen par les pairs. Comment pouvez-vous, en tant que personne non experte, en tirer des informations ? Pour cela, vous devez connaître l'anatomie d'un article de recherche.


Vous avez d'abord un résumé. Ceci est le TL; DR de l'article. Il regroupe l'essentiel de son travail et ses conclusions en un seul paragraphe. Le résumé est un bon point de départ pour la lecture. Souvent, il contient tout ce que vous devez savoir si l'article de journal qui vous y a envoyé l'a correctement rapporté. Dans le cas des études cliniques, il contient aussi souvent un détail très important que le journal ne rapporte presque jamais : la confiance que les auteurs ont dans leurs résultats, sous forme de certitude statistique. C'est là que le ton de l'article de journal divergera de celui de l'article scientifique : la science n'énonce jamais les choses comme certaines, elle les qualifie toujours avec des statistiques. Si vous voulez être capable d'évaluer la qualité de la plupart des études cliniques, le sujet à étudier est la statistique.


Dans le corps du document, vous avez d'abord l'introduction. L'introduction présentera le contexte de la recherche, souvent avec une brève revue des travaux antérieurs. Il est souvent relativement facile à lire, même pour un non-expert. Cela peut être intéressant à lire pour quelqu'un qui veut en savoir un peu plus sur le domaine, car parfois vous y trouverez des références à ce qu'on appelle des revues de la littérature. Les articles de revue sont des aperçus de l'état de la recherche sur un sujet par des spécialistes de premier plan.


Viennent ensuite les résultats. Cette partie est intéressante à regarder si vous savez interpréter les graphiques.

Enfin, il y a la discussion et la conclusion. La discussion peut être un peu difficile à lire, mais c'est souvent une partie très importante d'un article. C'est là que les auteurs discuteront de ce que les résultats pourraient signifier et pourquoi ils arrivent à la conclusion choisie. C'est souvent là que les difficultés et les problèmes éventuels de la recherche seront discutés en détail – une autre partie que vous ne trouverez pas dans les articles de journaux.

Exemple : vous avez une étude sur l'effet de la prise d'une vitamine particulière dans la prévention d'une maladie. Dans la conclusion, il y a une conclusion bel et bien statistiquement significative que, oui, la vitamine X empêche Y. Mais cachés dans cette section de discussion embêtante se trouvent les facteurs que les auteurs sont conscients qu'ils n'ont pas contrôlés. Cela pourrait signifier que la conclusion est beaucoup moins certaine qu'il n'y paraît à première vue, mais l'article de journal, écrit par quelqu'un qui veut des clics et des vues et ne prend pas le temps de lire des discussions arides sur la conception de l'étude, présente cela comme "Vitamine X Empêche Y ».


Ceci est la raison pourquoi les gens ont souvent l'impression que la science "se contredit" - le scientifique dit "j'ai vu quelque chose qui signifie que X est vraiment bon pour Y, nous devons l'examiner car Z pourrait aussi avoir quelque chose à voir avec ça". le journaliste cite « X est vraiment bon pour Y ». Ensuite, lorsque d'autres travaux arrivent et montrent "finalement on dirait que cela était principalement dû à Z, que les recherches précédentes n'avaient pas contrôlé", la ligne devient "X est inutile, en fait" car ça obtiendra des clics.

En sachant tout ça, est-ce que ça vaut "faire mes propres recherches" ?


Oui, je pense que plus de gens devraient s'intéresser à la science et s'instruire malgré cela. Mais pour que cela fonctionne, il faut être conscient des limites de ses connaissances et comprendre que Google, Facebook et Youtube ne remplacent pas une formation scientifique ou médicale. Parfois, il y a des situations où vous ne serez pas en mesure de dire si l'information est bonne ou non, et ça va tant que vous en êtes conscient lorsque vient le temps d'agir en conséquence. En termes de médecine, il est toujours préférable de discuter des actions que vous souhaitez entreprendre en fonction des informations que vous avez trouvées en ligne avec votre médecin.


41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout