Stress, quelles prises avons-nous sur ce déclencheur?

Durant mon parcours scolaire, Hans Sellier et le stress a été abordé. Selon mes souvenirs, il y a des bons et des mauvais stress qui sont impossible à éviter sans rester en marge de la vie. Il y en a d’autres qui sont disons plus évitables mais ils s’additionnent et chacun de nous a ses limites.

Je vous propose d’en identifier et je vous invite à m’en proposer d’autres afin de partager nos expériences. Il existe plusieurs situations stressantes dans nos vie nous avons consciences de certaines. Il y en a d’autres que nous vivons sans pour autant les avoir identifiées. Voyons voir si mes stress qui peut être évités sont les mêmes que les vôtres…

LES NOUVELLES: C’est une source de stress qui peut facilement être évitée. Pensez-y avant d’ouvrir la télévision ou la radio si vous vous sentez déjà fragiles. La grande majorité de l’information proposée est négative, répétitive d’un bulletin de nouvelle à l’autre. S’il y a une information d’intérêt, votre entourage vous le faire savoir.


LES RÉSEAUX SOCIAUX: Vous vous sentez obligés de vérifier toutes les heures (minutes!) ce qui s’écrit sur votre mur. Vous croyez toujours « manquer » quelque chose si vous n’allez pas y faire un tour régulièrement. C’est un stress que vous pouvez éliminer en diminuant graduellement vos interactions. Demandez-vous ce qui est important, Faites le ménage dans vos abonnements.


LA RECHERCHE DE LA PERFECTION: Ne pas demander d’aide n’est pas une fierté dont vous devriez vous vanter. Vous vous infligez du stress supplémentaire et ce n’est pas nécessaire. Laissez voir votre vulnérabilité à vos proches. La souffleuse, la tondeuse représentent des travaux difficiles à faire soi-même en période de crise. Demander de l’aide et accepter que les travaux ne soient pas exécutée selon nos critères représente un pas en avant vers une amélioration de votre qualité de vie.


LA MAUVAISE HUMEUR DES AUTRES: Si vous êtes entouré de gens négatifs ou irrités, cela aura un effet sur votre entrain. L’impact et les répercutions sont sournoises. Vous êtes toujours à gérer votre propre comportement afin de ne pas stimuler les réactions de l’autre. Pourquoi ne pas inverser la donne et favoriser la présence de gens positifs, compréhensifs dans votre quotidien. Le positif attire le bonheur et créé une sensation de bien-être dont vous avez grand besoin.


LE TÉLÉPHONE: Il entretient l’illusion que vous devez être disponible en tout temps pour tout le monde. Avant les cellulaires, il y avait des répondeurs. Les gens ne communiquaient pas à tout moment. Pensez à mettre votre téléphone en mode avion pour les moments d’activités de jour prévues pour votre bien-être. La nuit rechargez-le dans une autre pièce que votre chambre. Les notifications et les textos peuvent attendre et s’il y a urgence, la sonnerie de votre téléphone vous éveillera.

LA TABLE DE CHEVET: Souvent la première chose sur laquelle vous posez vos yeux au réveil. Trop souvent, elle croule sous les livres, les notes, les mouchoirs, les enveloppes, les jouets des enfants, vos étuis de lunettes, votre cellulaire, etc. Cette vue peut être décourageante et augmenter votre niveau de stress à chaque éveil et dès le levée. Pensez à l’épurer un peu.


LA MÉTÉO: Ne vous fiez pas aux prévisions météorologiques pour planifier vos journées. Vivez le moment présent. Faites l’essai pendant une semaine ou deux. Au bout du compte vous réaliserez que vous aurez accomplis plus sans subir les effets négatifs des prévisions météo. Quand la pluie est prévue, il ne pleut pas toute la journée.


LE TEMPS: Le problème est souvent que vous voulez tout faire et ne jamais choisir entre deux activités. Votre agenda déborde. Apprenez à mieux optimiser votre temps sans vous sentir toujours pressé. Privilégier vos activités avant de participer à celles des autres pour faire plaisir.


LES LISTES: Il est anxiogène de tout noter. Essayez de mettre un peu de souplesse dans votre quotidien au lieu de tout gérer au quart de tour! Priorisez, évalué s’il est important de le faire maintenant ou non.


LES HÉSITATIONS: Trop souvent, vous avez peur de faire une erreur. Vous hésitez avant de poser un geste. Toutes ces hésitations font grimper votre niveau de stress. Donnez-vous le droit à l’erreur. Au bout du compte, vous réaliserez qu’il n’y en a pas beaucoup des erreurs. Faites-vous confiance.


LE PASSÉ: Vous rebrassez les mauvais souvenirs et oubliez tous les bons. Débarrassez-vous vite de tous ces remords qui minent votre vie, vos journées et vos forces.


LE FUTUR: Vous planifiez, organisez et prévoyez tout ce que vous ferez dans une heure, une journée, trois jours, un mois, un an… Stop! Laissez-vous du temps pour profiter du moment présent et le vivre tout simplement : une tactique beaucoup moins stressante.


LES CLÉS: Chaque fois, vous pensez que vous les avez réellement perdues et chaque fois, un stress fou vous serre la poitrine. Puis, vous les retrouvez… jusqu’à la prochaine fois! Il existe des gadgets pour retrouver ses clés sans stresser, des serrures de porte à combinaisons. Vous n’êtes pas obligé de stresser.


VOS PROCHES ACCAPARANTS: Les vieilles chicanes vous épuisent, les comparaisons vous donnent des boutons et les attaques à peine voilées vous exaspèrent. Et qui écope? Votre zénitude, bien sûr! Donnez-vous le droit de dire non et de passer à un nouveau sujet.


LA NOURRITURE: Quoi manger pour souper? Quoi préparer comme lunch? Qui fait la réservation au restaurant? Quoi planifier pour le barbecue familial dans trois semaines? Toutes ces questions concernant la nourriture vous donnent envie de vous enfuir loin! Questionnez- vous sur un partage des tâches pour ne pas toujours en garder un bout à faire.

VOTRE POIDS: Vous vous laissez mener par le bout du nez par votre balance. Votre poids vous obsède et génère du stress à tout moment. Ça suffit : commencez à vivre sans vous soucier de votre poids. Il sera toujours temps de le gérer après votre crise d’urticaire. Vous savez comment vous nourrir sans avoir à vous peser constamment.


LES ALARMES: Vous avez pris l’habitude de mettre des alarmes pour tout dans votre téléphone. C’est une excellente façon de vous décharger la mémoire. Vous travaillez maintenant dans la crainte de vous faire surprendre par une alarme. Vous sursautez à la moindre sonnerie… même si ce n’est pas votre téléphone! Les sonneries font grimper votre stress jusqu’à de nouveaux sommets!


L’OPINION DES AUTRES: Ce que les autres pensent de vous vous empêche parfois de profiter de la vie. Vous ne succombez pas à une folle envie de crème glacée au dépanneur du coin, car vous craignez de rencontrer une connaissance. Et si vous y allez, vous n’en profitez pas, car le stress vous assaille tout le long. Il est temps de laisser aller l’opinion des autres et de vous fier à vous, tout simplement.


VOS ANGOISSES: Dans votre tête, la ronde des « Et si… il faut… » semble être sans fin. Dès que vous réussissez à chasser une angoisse, une autre prend aussitôt sa place. Votre stress ne peut donc jamais prendre de pause. Domptez vos angoisses pour respirer plus librement. Bien souvent le déclencheur de l’UCS est là.

LES MENSONGES: Vivre avec vos mensonges est bien plus difficile que vous ne le pensiez. En effet, il vous faut dépenser beaucoup d’énergie pour ne pas vous mêler dans tous vos mensonges. Et du coup, votre stress est exacerbé. Attention, mentir n’est jamais une bonne solution.


LA RADIO ET LA TÉLÉVISION: Sans même y penser, vous ouvrez la télévision ou la radio partout où vous passez : dans la cuisine, dans votre auto, au bureau, etc. Certains aiment ne pas se sentir seul ainsi. Mais tout ce bruit peut devenir une pollution sonore qui vous dérange et vous irrite. Essayez d’éteindre vos appareils dans certains moments et de réapprivoiser le silence.


VOS VÊTEMENTS: Chaque matin, c’est la même rengaine. Vous soupirez devant votre garde-robe et vous vous plaignez en disant « Je ne sais pas quoi mettre! ». Et ce, même si vos tiroirs et vos cintres débordent. Peut-être qu’il serait préférable de réduire le nombre de vêtements pour ainsi faciliter votre choix.


LE DÉSORDRE: Si vous êtes stressé, posez-vous une question : votre bureau, salon, … est-il en ordre? Si votre réponse est « non », il se peut qu’il soit le responsable de votre stress. Eh oui, un environnement encombré et mal rangé peut vous causer des petits soucis qui, en se multipliant, vous stressent énormément.

Vous pouvez me communiquer vos commentaires et vos stress évitables en écrivant au info@urticairechronique.ca La liste complète et tenue à jour sera disponible dans l’espace réservé aux membres qui fait partie de nos projets pour 2020-2021.

– ELAINE DÉRY

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout